Lettre ouverte au maire de ma commune

je ne suis pas charlie

<<Monsieur le Maire,

Il est rare que je prenne la plume pour gribouiller autre chose que des dessins, mais la gravité de vos propos m’oblige à écrire ces quelques lignes.

Dans le journal municipal 2015 distribué cette semaine, vos administrés peuvent y découvrir en page dix un imposant logo «JE NE SUIS PAS CHARLIE» accompagné d’un texte d’une page où vous expliquez pourquoi vous n’êtes pas Charlie.

Si votre objectif était de choquer une partie de la population, le résultat semble parfaitement atteint…

Faut-il d’abord rappeler que «JE SUIS CHARLIE» est devenu ce 7 janvier un symbole de liberté, incarnant notre révolte face à la barbarie et la lâcheté qui a assassiné ce jour-là 12 personnes ? Des pancartes «JE SUIS CHARLIE» ont été brandies par 4 millions de français, non pas pour crier leur amour de ce journal, mais pour rappeler aux terroristes que, malgré le traumatisme, les balles n’allaient pas entammer notre liberté d’expression, valeur si chère à notre République.

Publier un encart «JE NE SUIS PAS CHARLIE», en détournant le logo sur lequel tant de français se sont rassemblés, dans votre… dans NOTRE journal municipal, c’est fouler du pied cet élan de communion autour de nos valeurs. Dis plus trivialement, Monsieur le Maire, en publiant ce logo, vous crachez à la figure des citoyens, chrétiens, musulmans, juifs, athées, qui se sont rassemblé ce jour là.

La lettre qui suit me laisse également un goût amer.

Les premières lignes de votre lettre expliquent votre douleur face à ce drame, votre participation aux différentes minutes de silence, comme pour excuser ce qui va suivre.

Tout bascule avec les mots « cela étant dit… ». Ce fameux « Oui mais » que l’on retrouve dans la réthorique bien huilée des personnes qui légitiment ces attentats… « Oui c’est triste, mais ils l’ont bien cherché»…

Vous nous expliquez, à propos du journal Charlie-Hebdo, qu’il « est difficile d’accepter de telles dérives envers les croyances, quelles qu’elles soient, de cautionner la violence de leurs dessins et de leur écrits »

Ces propos venant d’un élu de la République me laisse perplexe.

Il est parfois utile de rappeler que la caricature, représentation grotesque obtenue par l’éxagération et la déformation des traits caractéristiques dans une intention satirique (Cf Larousse), est un des piliers de notre liberté d’expression.

Assimiler la caricature à de la provocation gratuite et belliqueuse envers les croyants, c’est faire preuve d’une vision bien étriquée de la culture française et de l’héritage culturel transmis depuis des siècles par nos illustres anciens, comme Molière ou Daumier. C’est la nature même de la caricature que vous remettez ici en cause. Le blasphème est un droit en France. Les français catholiques, juifs et musulmans l’ont parfaitement assimilé. Nous ne devons pas céder face à une petite poignée d’extrémistes qui souhaiterait, depuis la Syrie ou l’Irak, étouffer cette liberté dans notre démocratie laïque.

La caricature est souvent considerée comme le baromètre de la santé d’une démocratie. Alors je vous le demande, Monsieur le Maire, quel rêve faites-vous pour la France de vos petits enfants ? Une société à l’américaine ? À la Russe ? ou le politiquement correct devient la règle, ou les images sont asseptisées, floutées, les articles censurés ?… Si nous ne plaisantons plus sur les religions, quelle est la prochaine étape ? Ne plus caricaturer la politique ? Ne plus caricaturer le football ?

Les caricaturistes français doivent depuis janvier travailler avec une nouvelle menace au dessus de leur tête. Ils ont besoin du soutien des élus, Monsieur le Maire. Par cette lettre, vous leur mettez un peu plus la tête sous l’eau.

Le très regreté Cabu disait, « Ni les religions et leurs intégristes, ni les idéologies et leurs militants, ni les bien-pensants et leurs préjugés ne doivent pouvoir entraver le droit à la caricature, fût-elle excessive. »

Notre rôle en tant que citoyen, votre devoir en tant qu’élu, c’est de préserver ce droit coûte que coûte. Mes collègues de Charlie-Hebdo l’ont payé de leur vie.

Que vous n’appréciez pas la ligne éditoriale de Charlie-Hebdo, c’est votre droit le plus strict ; mais qu’en tant qu’élu, vous remettiez en cause cette liberté d’expression en dénonçant la «violence des caricatures», c’est extrêmement choquant.

Enfin, Monsieur le Maire, dire « Je ne suis pas Charlie », c’est sous-entendre implicitement « je comprends les tueurs ». Le dire dans un journal municipal, sur papier glacé, est à mes yeux tout simplement insupportable.

Vous comprendrez que je ne puisse pas conserver ce journal chez moi… Je vous le retournerai donc à la mairie dès aujourd’hui.

Votre administré CHARLIE >>

cliquez ici pour visualiser l’article en question

17 Comments

  1. renault

    Votre lettre est parfaite, elle dit tout ce que je n’arrivais pas formuler. Oui, nous nous sommes levés pour dénoncer la barbarie, et cela nous laisse la liberté de critiquer des dessins que nous n’aimons pas (dans Charlie hebdo ou dans d’autres journaux). Ou, nous voulons que notre pays soit libre. Merci pour votre lettre.

    1. Philippe

      Comme j’adore vos caricatures, que je me fait un plaisir de partager sur facebook,
      je tiens du coup à remercier votre coup de plume assez génial pour les dessins.
      Et constatant également que vous etes doué pour l’écriture, je vous remercie une deuxiemme fois, même si nous ne faisons pas partie du tout de la même commune.
      Des propos pareils d’un élu, de quel partit qu’il soit sont intolérables !
      Je suis Charlie et je vous embrasse (amicalement hein) Wings 😉

  2. GREUGREU

    Quand j’étais jeune, il y a donc un bon moment, dans ma mare, les grenouilles cathos faisaient des blagues sur les curés, les juives sur les juifs, c’est vrai que les musulmanes n’étaient pas encore nombreuses dans mon Alsace, pays du concordat. Il n’y avait pas encore pléthores d’associations pour monter au créneau dès que l’on parlait d’une grenouille rousse, voir d’un crapeau obèse ou pire taureau, d’une grenouille à pattes jaunes ou d’une grenouille des Balcans car les hommes n’ont rien inventé quant à l’immigration…..De nos jours où les élus une fois élus sur de belles promesses aussi vite oubliées finissent par ne plus représenter qu’eux-même, la censure politiquement correcte et les mouvement autoproclamés bien-pensants rognent par tous les bouts une liberté d’expression devenue d’ex pression et très bientôt les seuls traits d’humour seront réservés aux p’tites blagues des grands élus et aux lapsus des ex….Ce sont nos images qui dictent notre conduite et ne serait-il pas utile de remplacer d’urgence nos miroirs par des fenêtres ? Mais comme dit mon pote Nanon le provençal « On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ». Alors vous les dessinateurs caricaturistes devenez le dernier bastion d’une résistance dont le véritable esprit français, voir mondial à un besoin urgent….Je vous admire Wingz et j’aime ce que vous produisez….comme toute médaille a son revers on peut aussi inverser les verbes….Comme le dit le proverbe alsacien « Doublement cousu tient mieux »
    Bien amicalement à vous
    Greugreu la grenouille philosophe.

    1. Maurice

      Réponse à WINGZ dessinateur de presse…
      …au sujet de l’article je ne suis pas Charlie publié dans la revue municipale.
      Vous vous dites choqué par mes propos, je le suis par les vôtres, m’accuser de cracher à la figure des citoyens… c’est au combien agressif et dénué de tout sens du respect des autres, de la pensée des autres.
      Vous dites qu’en démocratie tout est permis, que l’on a le droit de tout dire de tout caricaturer de tout écrire, quelle contradiction ! Vous m’en refusez le droit, vous mettez en doute la sincérité de mes actions de mes sentiments de ma douleur de ma réprobation de ces actes du 7 janvier dernier. Or mon propos est de constater, sans admettre l’inacceptable qui est de tuer des personnes pour des idées, que les caricatures peuvent choquer, blesser des personnes et quelquefois, face au fanatisme, susciter des actes de violence. Lequel de nous deux est le plus violent le plus intolérant ?
      Par ailleurs, vous auriez eu la possibilité de vous exprimer lors de la réunion publique il y a quelques jours, mais vous ne vous êtes pas déplacé. Tout comme, dans votre lettre ouverte vous avez écrit en parlant du journal municipal : « Je vous le retournerai donc à la mairie dès aujourd’hui », je vous ai attendu tout l’après-midi, mais en vain…
      J’utilise là mon droit de réponse et je me refuserais à toute polémique supplémentaire.

  3. GREUGREU

    Eh oui le mal entendu est aussi une plaie de la communication et n’oublions pas que ce sont avec des mots que commencent les guerres…..Pourtant comme dit le sage « Un petit dessin vaut mieux qu’un grand discours ».
    Greugreu la grenouille philosophe

  4. Anne Fabre Cérulei

    La premiere partie de ma réponse s’adressera à WINGS…
    Bien qu’il me soit maintenant difficile de ne réagir qu’a ton droit de réponse alors que j’ai pris connaissance du message de Maurice, je dois avouer que je suis complètement en accord avec ton ressenti…JDe mon coté que ce qui m’a ecoeurée est qu’un élu ( et à plus forte raison un maire) utilise le bulletin municipal pour tribune d’un avis PERSONNEL…
    En oubliant aussi qu’il est garant de la LAÏCITÉ de sa commune….
    Si je peux aussi donner mon avis à Maurice, la réunion publique n’est certainement pas le lieux idéal pour exprimer sereinement un avis contradictoire quand au positionnement de la mairie ou de l’un de ses représentant…. Toute proportion gardée sur l’importance du sujet, j’en ai fait l’expérience!!!
    Le temps de la réflexion est dans ce cas bien plus opportun.

    Et pour finir je rappelle à tous que notre ami Wings est un représentant précieux de la liberté d’expression, doublé d’un visionnaire: rappelez vous la « gentille » caricature qu’il a offert au bulletin municipal de notre « village d’irréductibles » il n’y a pas si longtemps….Est ce qu’ aujourd’hui tous en riraient de la même façon????

  5. wingz

    Réponse à Monsieur le Maire,

    JE NE SUIS PAS CHARLINE

    Ne croyez surtout pas, à la vue de ce titre, qu’il y ait de ma part de la moquerie, alors qu’une pauvre innocente à été lâchement agressée sexuellement dans la rue. Comme la grande majorité des français, mes pensées sont allées à CHARLINE et à sa famille.
    J’ai participé avec beaucoup d’émotion à toutes les minutes de silence, souhaitant que plus jamais nous n’aurions à vivre un tel drame.

    Cela étant dit, je veux moi-même avoir le droit de m’exprimer et de dire que je n’ai jamais été CHARLINE. Bien que je reconnaisse une immense gentillesse à cette jeune fille, il m’est difficile d’accepter de telles dérives dans sa façon de s’habiller, de cautionner ses jupes trop courtes et son maquillage provocant.

    Pour conclure, je pense que ce drame a suscité une prise de conscience qui nous amène désormais à plus de respect et de modération dans notre façon de nous habiller.

    Je souhaite que chacune et chacun de nous soient heureux de vivre ensemble, dans le respect des idées de tous. La paix si chère à nos cœurs est à cette condition. Merci d’y penser en vous habillant le matin.

    Cette lettre vous choque, Monsieur le Maire ? Moi aussi… J’ai ressenti la même chose à la lecture de votre article ‘Je ne suis pas Charlie’. Je pense qu’il était nécessaire de réagir en tant que citoyen. La liberté d’expression est précieuse et l’utiliser, c’est nécessairement accepter celle des autres en réponse.
    En espérant que ce débat puisse amener chacun d’entre nous à se poser les bonnes questions.

  6. Cher Wingz
    Je découvre ta lettre avec le blog de Doizy
    Tu as fait une belle démarche, je t’ approuve et te soutient, et ils sont nombreux ceux qui pensent la même chose…
    En plus, je suis fier que tu sois FECO-France , MERCI à Toi
    Salut et fraternité
    Rousso
    PS : au sujet des victimes de l’ hyper-casher, je voudrais demander à « ce maire » s’ il considère qu’ il faut éviter d’ être juif pour ne pas tomber dans la provocation ?

  7. Mon cher Wingz,
    Pour te répondre, je vais me citer en copiant mon édito du dernier Fécocorico.

    « On commence à entendre quelques “Oui, mais” sur les tueries et sur le phénomène “Je suis Charlie” du 11 janvier, quelques écrivains américains, quelques universitaires cartographes, quelques comiques graphiques, quelques pisse vinaigres se demandent si les Charlie n’auraient dépassé la « ligne rouge », s’ils ne seraient pas tombés dans la provocation…
    Ils s’emmêlent les pinceaux et confondent racisme, islamophobie, humour et satire.
    Et au sujet de l’Hyper cascher, il fallait éviter d’être juif ?
    On leur tend des micros, ils publient des livres, ils plastronnent dans les médias. Non, nos camarades ont fait ce qu’ils avaient à faire, ce qu’on attendait d’eux depuis toujours, ils sont entrés dans l’Histoire de la liberté d’expression et eux, ils sont aux pelotes. À leur “Oui, mais”, on répond “Non, merde !”
    Toute mon amitié,

    Ballouhey
    Feco France

  8. Bravo Wingz, tiens bien le cap! On est avec toi, bien évidemment. Je pensais que Maurice avait plus d’humour que cela, lui qui me faisait marrer chaque semaine avec son pote Patapon.
    Plus sérieusement, monsieur le Maire: vous pouvez exprimer ce que vous voulez sur l’affaire Charlie. Y compris que vous détestez que l’on se moque des religions (car en fait, c’est bien cela que vous dites en filigrane). Simplement, en adoptant cette posture (qui n’est pas innocente, électoralement parlant), vous donnez un blanc-seing aux éventuelles actions qui pourraient être menées contre la liberté de dessiner. Dessiner. C’est quoi un dessin? Une image. Parfois même l’image d’une image.L’image d’un concept, d’une idée pour certains (Dieu, par exemple). Une image n’est qu’une image et ne sera jamais la réalité. Croire le contraire c’est avoir l’esprit rabougri d’un Savonarole, c’est rallumer les flammes des Bûchers des Vanités de la Renaissance. Monsieur le Maire, c’est qui, l’incendiaire, dans cette histoire?
    Pascal LO VECCHIO, professeur d’arts plastiques, dessinateur.

  9. tata-cole

    Bonjour Wingz, je ne suis pas de ton village ni de ta région mais je prends toujours un immense plaisir à regarder tes dessins.
    Le Maire n’a pas à s’offusquer de ton courrier. En tant que citoyen il a le liberté d’expression, mais en tant que Maire c’est de l’abus de pouvoir de sa part de diffuser un tel message dans un journal municipal.
    Il se croit peut être en pleine campagne électorale et il a confondu le journal municipal avec un tract à distribuer dans les boites aux lettres?!!!!!!!!!
    Continue à dessiner et nous faire rire, même si les évènements ne sont pas toujours très amusants.

    bises
    tata-cole

  10. ougen françois

    Merci, Wingz
    C’est bien de montrer qu’un dessinateur sait aussi écrire et réagir à la bêtise d’où qu’elle vienne! Mais attention, cette dernière se cache partout et il est souvent difficile de prévoir sa lourde présence, même parmi certains intellectuels aux idées courtes.
    Il faut toujours être présent et conscient…et surtout vigilant… sinon nous n’avons plus qu’à changer de métier.
    Donc, continue à te battre! Même si ça ne rapporte rien en espèces sonnantes et trébuchantes, au moins tu pourras te regarder en face et marcher dans ta ville la tête haute!
    Bravo, continue…
    Amitiés Charliennes
    Ton pote François Ougen

    1. Mon cher Wingz, bravo pour ta lettre.

      Tu es l’honneur d’une profession de rigolos, de saltimbanques du crayon, de crêve la faim de la presse qui nous encense quand elle ne nous méprise pas . En d’autres temps, tu aurais été banni de ton village voire même victime de l’inquisition. La coalition des contraires est à l’œuvre, tous les envoutés de l’irrationnel s’entendent comme larrons en foire. Te rends tu comptes que tu les terrorises presque. Heureusement pour eux, tous les maux de la société ont trouvé leurs responsables. Les dessinateurs menacent depuis trop longtemps la santé mentale des grenouilles de tous les bénitiers de la bienpensance .
      Il était temps d’en refroidir quelques uns. On respire.

      La région où tu vis est magnifique, j’y ai vécu une dizaine d’années et j’en garde un souvenir émerveillé. L’idée qu’elle soit dirigée maintenant par des édiles aussi réactionnaires et rétrogrades me fait gerber.

      Tiens bon, il faut du courage quand on incarne le dernier rempart de la liberté d’expression et qu’on est seul et cerné.
      Nous sommes tous avec toi. J’aiguise mon crayon au cas où tu aies besoin
      d’aide en cas d’une nouvelle attaque.

      Ton camarade

      Placide

  11. Brito

    Je ne suis pas Charlotte parce que je suis républicain (pour les lents de la comprenette, voir les « news people » d’outre-Manche). Et parce que je ne suis pas UMP, je refuse que les sarkozystes me volent la dénomination de la République qui est le patrimoine de tous les Français (pour les lents de la comprenette, voir les « politics news » de la Sarkozie qui se prétend dominante en ce pays qui n’est pas le sien a elle seule). Par ailleurs, je suis Charlie comme tous les Charlies du crayon qui se respectent et je m’octroi le droit de cracher à la gueule de tous ceux qui proclament qu’ils ne sont pas Charlies pour des raisons d’opportunité politicarde et/ou d’une bête prétention de faire différent rien que pour se faire remarquer des plus bêtes que soi. On fait le marketing qu’on peut et tant pis pour ce monsieur, le tout petit maire en question qui n’est pas à la hauteur du rang qui devrait être le sien. Sincèrement, quoi dire d’autre?

    1. Anne F.Cerulei

      Que dire d’autres????….Le problème est bien que pas grand monde ne bronche dans notre « beau » village provençal….Et que du coup ça fait quelques mandants que c’est sur ce type de marketing que ces » élus » se distinguent et légitimes leur place…..AHHHH LE SILENCE DES PANTOUFLES……..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Confirmez que vous n'êtes pas un robot : * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.